samedi 5 avril 2008

samedi... lorsqu'il ne faudrait penser qu'aux faits, et rien qu'aux faits.

Bonjour

Alors voila : LA BOUCHERIE va être éditée (normalement) par les éditions warum et je suis très content. Voici le projet de couverture :
Bien sur il a fallut se replonger dedans ( remettre les psd, faire une couv, un 4 eme de couv ), et j'ai très vite compris que j'allais pas pouvoir faire grand choses. Je me suis vraiment aperçu que l'on ne peut pas revenir sur les choses faites. On ne voit plus le projet comme avant, on est plus dans la démarche ...on peut modifier, refaire, décoller, recoller, quand le projet n'est pas encore fini ... mais une fois que dans votre tête il est fini....ça ne sert à rien.
C'est pour ça que lorsque l'on est face à un gros projets comme une bd, un film, ou autre choses, et bien je pense qu'il faut valider les étapes une à une et ne pas y revenir, bien sur quand on a tout sous les yeux et que ça ne vas pas à la fin, il faut bouger.
Mais sinon une fois que c'est bon que l'étape à été validée, il ne faut pas remettre les choses en causes sinon on ne peut pas avancer sur le projet.

- Et pour la vie ?
- Comment ça pour la vie ?
- Pour la vie de tous les jours ? Vous pensez qu'il faut adopter cette méthode ?
- Voyez vous mon cher, je pense que c'est tout à fait adaptable.
- Mais quand même, ce n'est pas triste ces personnes qui ne se remettent en causes que lorsque l'échec est arrivé.
- Oui, mais ils auront vécu durant toute une période sans se douter que l'échec arrivait.... et ne sont ils pas les gens les plus heureux du monde durant cette periode ? Bien plus que celui qui se prépare constamment à un échec éventuel ?
- Oui, surement.
- Après voyez vous ce n'est qu'une histoire de ratio.